Catégorie
Contenus associés
Vous avez des doutes sur une situation de violences sur un mineur

Vous avez des doutes sur une situation de violences sur un mineur

Il arrive que l’on développe une inqui&...

Vous avez des doutes sur une situation de violences sur un enfant ou un adolescent

Vous avez des doutes sur une situation de violences sur un enfant ou un adolescent

Que faire lorqu'on a des doutes concernant une s...

A qui en parler ?

A qui en parler ?

Je ne sais pas à qui parler des violences que...

Un copain/une copine m’a parlé de ses problèmes

Un copain/une copine m’a parlé de ses problèmes

Lorsqu'un copain ou une copine nous parle d&rsqu...

C'est quoi la violence conjugale ?

La violence au sein d'un couple peut prendre différentes formes et concerne tout le monde : enfants, adolescents, adultes.

Etre en couple est souvent synonyme d’amour et de joie d’être ensemble.

Parfois, cela rime plus avec chantage, dévalorisation, insultes, contrôle des fréquentations, coups, relations sexuelles forcées …

Des violences physiques, psychologiques, verbales ou sexuelles peuvent exister au sein d’un couple, même lorsqu’on est jeune. 25 adolescents sur 100 rapportent ce type de violences au sein de leur relation amoureuse.

On peut avoir été exposé à cette violence lorsque l’on était enfant, quand un de nos parents tapait, criait, insultait notre autre parent. On peut aussi en être soi-même directement victime dans son propre couple. Les garçons comme les filles peuvent en être victimes.

Il est souvent bien difficile d’en sortir, parce que le conjoint violent met tout en place pour fragiliser sa victime : il l’isole, la dénigre, lui dit qu’elle est nulle, qu’elle mérite ces coups parce qu’elle n’est pas à la hauteur, parce qu’elle ne veut pas avoir de relation sexuelle, etc. Parfois aussi, le conjoint violent peut être gentil, attentionné, faire des cadeaux, s’excuser d’être violent. Ce qui déstabilise la victime et lui donne l’espoir qu’il peut changer.

Souvent banalisée quand il s’agit de relations amoureuses adolescentes, elles sont anormales et interdites par la loi. Personne n’a le droit de violenter une autre personne, même dans un couple.

Etre exposé aux violences conjugales de ses parents ou être victime de violences conjugales dans son couple peut provoquer de graves conséquences physiques et psychologiques.

Souvent, les victimes ne savent pas quoi faire ni à qui en parler. On peut avoir peur de cette personne, peur de sa réaction, peur de ce qui va se passer ensuite. On peut aussi être attaché à cette personne et ne pas vouloir lui causer d'ennuis.

On peut être témoin de ces violences ou en avoir connaissance. Souvent, lorsque l'on sait que ces violences se passent, on ne sait pas quoi faire ni à qui en parler, surtout quand la victime nous demande de garder le silence. On peut avoir peur de sa réaction si on en parle, peur de ce qui va se passer.

Cependant, cette personne n'a pas le droit de faire ces actes, ce n'est pas normal. L'important, c'est de pouvoir en parler.

Si tu souhaites en parler à quelqu'un que tu ne connaîs pas, tu peux appeler le 119. C'est une ligne téléphonique anonyme et gratuite où des personnes habituées de ces situations nous écoutent et répondent à nos questions.

Pour savoir si ta relation amoureuse est basée sur le consentement et ne comporte pas de violences, tu peux t’aider du « violentomètre », c’est un outil simple qui aide à se repérer.

#Arrête, c'est de la violence – épisode 4 : "Le pote"

#Arrête, c'est de la violence – épisode 2 : "Tu me quittes ?"

#Arrête, c'est de la violence – épisode 1 "Retour de soirée"

#Arrête, c'est de la violence - épisode 3 : "Au lit"