Catégorie
Contenus associés
Colloque 2019

Colloque 2019

Prostitutions et traite des mineurs - Mardi 29 janvi...

Tarifs et inscription colloque 2019

Tarifs et inscription colloque 2019

Prostitutions et traite des mineurs - Mardi 29 janvi...

Programme colloque 2019

Programme colloque 2019

Prostitutions et traite des mineurs - Mardi 29 janvi...

Informations pratiques colloque 2019

Informations pratiques colloque 2019

Prostitutions et traite des mineurs - Mardi 29 janvi...

Argument colloque 2019

Prostitutions et traite des mineurs - Mardi 29 janvier 2019 - Espace Reuilly - Paris. Sous le Haut Patronage de Madame Nicole BELLOUBET, Garde des Sceaux, ministre de la Justice.

Sous le Haut Patronage de Madame Nicole BELLOUBET, Garde des Sceaux, ministre de la Justice.

« Il faisait effroyablement froid ; il neigeait depuis le matin ; il faisait déjà sombre ; le soir approchait, le soir du dernier jour de l'année. Au milieu des rafales, par ce froid glacial, une pauvre petite fille marchait dans la rue : … Elle n'avait rien sur la tête, elle était pieds nus… Dans son vieux tablier, elle portait des allumettes : elle en tenait à la main un paquet. Mais par cet affreux temps, personne ne s'arrêtait pour considérer l'air suppliant de la petite qui faisait pitié. La journée finissait et elle n'avait pas encore vendu un seul paquet d'allumettes. Tremblante de froid et de faim, elle se traînait de rue en rue. … Elle n'ose rentrer chez elle. Elle n'y rapporterait pas la plus petite monnaie et son père la battrait. L'enfant avait ses petites menottes toutes transies. « Si je prenais une allumette, se dit-elle, une seule pour réchauffer mes doigts ? » C'est ce qu'elle fit. Quelle flamme merveilleuse c'était ! … La petite flamme s'éteignit brusquement et l'enfant restait là, tenant en main un petit morceau de bois à moitié brûlé. Elle frotta encore une allumette : une grande clarté se répandit… Et l'enfant alluma une nouvelle allumette, et puis une autre, et enfin tout le paquet… Le lendemain matin, les passants trouvèrent le corps de la petite ; ses joues étaient rouges, elle semblait sourire ; elle était morte de froid, pendant la nuit qui avait apporté à tant d'autres des joies et des plaisirs. Elle tenait dans sa petite main, toute raidie, les restes brûlés d'un paquet d'allumettes… ».

Ce conte d’Andersen en dit long et le froid nous saisit quand on pense aux enfants exploités, pour leur travail ou l’abus de leur corps. Cela n’a pas toujours paru choquant et l’esclavage à travers les terres et les siècles en témoigne pour le pire. L’être humain peut être une marchandise ou un instrument comme un autre, quel que soit son âge. C’est une vieille histoire où se raconte le mépris de la dignité de l’autre, en particulier du plus petit que soi. On aimerait se dire que c’est du passé mais la réalité et le travail de terrain ne nous permettent pas de telles illusions réconfortantes. De nos jours, malgré le fait que de nombreux pays aient ratifié la convention internationale des droits de l’enfant, on ne peut que constater qu’ils sont bafoués partout dans le monde. Le Centre de Victimologie pour Mineurs se propose pour cette nouvelle rencontre de réfléchir sur la prostitution des mineurs, une des formes que prend de nos jours l’exploitation d’autrui. Elle montre des figures diverses et s’inscrit dans un paysage complexe. Elle pose la question des pouvoirs, des conditions socio-économiques qui y mènent, des parcours de vie, du « consentement » et des motivations des jeunes qui s’y livrent. Comment y rentre-t-on et surtout comment en sort-on ? Quelles en sont les conséquences ? Dans tous les cas, on est devant des constats alarmants et très actuels qui appellent à une meilleure connaissance d’une réalité que l’on préférerait oublier.